La notion de Personne dans la pensée du Bien commun

Hieu Le Unsplash

La notion de “Personne” est centrale dans la pensée du Bien commun. Common good forum s’attache à faire vivre ce paradgime – qui se distingue de celui individualiste, avec la Charte de la Terre.

Retrouvez aussi l’outil que représente Bridge-Builder... qui rassemble des intellectuels et praticiens autour de notions phares de la pensée du Bien commun.

A lire ! Le numéro de Bridge-Builder #13 s’inscrit dans la continuité du précédent qui portait sur la notion de Personne et sur les enjeux territoriaux. Celle-ci nous permet de penser à la fois par le Bien commun (le processus), et pour le Bien commun (le sens, la finalité, le bonheur et l’harmonie dans la cité).

La Personne désigne donc un humain que le monde interroge, – en particulier en fonction de quatre relations :
1. la relation au monde matériel et à la Nature;
2. la relation aux autres, aux plans interpersonnel et collectif;
3. la relation à soi : chacun avec lui-même;
4. et enfin, la relation à l’existence, qui se manifeste notamment dans ce que l’on appelle le problème du sens donné à l’existence, ce qui n’apparaît pas aussi clairement, par exemple, chez les animaux.

Ces notions de Personne et d’Individu étaient au centre de la pensée sociologique du XXème siècle où l’on déplorait la montée de l’individualisme. Or Frédéric Coste et Carine Dartiguepeygou nous montre, à partir de références académiques mais aussi d’exemples concrets, qu’il s’agit surtout pour la Personne de pouvoir s’autonomiser pour exister, et qu’elle puisse se situer dans la Relation.

Souvent l’Art nous permet de comprendre ces notions complexes, comme le prouve l’Exposition « Alex » (article de Violaine Hacker et Andrea Zubialde) qui propose une expérience vivante et artistique pour comprendre, par soi-même et de façon pragmatique, cette notion ainsi que les enjeux concrets sous-jacents.

La notion de Personne, comprise dans sa complexité et sa capacité à évoluer en se situant dans la relation, s’inscrit aussi dans une conception anthropologique du Droit. Christoph Ebherard nous propose ainsi une analyse du pluralisme juridique, notamment à travers la comparaison interculturelle avec l’Inde.

Cette recherche d’équilibre entre l’utilité sociale commune et le bonheur personnel se retrouve dans les articles de nos praticiens. Sébastien Keiff présente son projet audiovisuel sur le Bhoutan, – un des pays pionnier dans la prise en compte du Bonheur dans ses politiques publiques.

Violaine Hacker interroge alors sur le fait que le bonheur puisse avoir une nationalité. Il s’agit ici de réfléchir aussi au mouvement du Buen Vivir, cosmogonie du Bien commun.

Enfin, Alexandre Rojey et Virginie Vassil nous présente aussi les différents enjeux abordés en la matière au sein du réseau Think & Do tank Sens+.

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s